Patrick Baudry

Le site officiel de Patrick Baudry

BLOG

Patrick Baudry & Philae sur 20minutes.fr

posted by on novembre 13th, 2014

L’ancien astronaute français Patrick Baudry se félicite de l’atterrissage de Philae sur la comète mais porte un regard critique sur «le manque d’ambition» de la conquête spatiale actuelle…

Conquête spatiale: «En 2014, nous devrions avoir posé le pied sur Mars»

Nouvelle étape franchie dans l’histoire de la conquête spatiale. Le robot européen Philae a atterri mercredi sur le noyau d’une comète à plus de 510 millions de kilomètres de la Terre, après un voyage interplanétaire de plus de dix ans de la sonde européenne Rosetta. «Un projet de longue haleine qui force l’admiration», juge l’ancien astronaute français Patrick Baudry, auteur de La conquête spatiale en question(s), (Elytis 2012). Celui qui fut le deuxième Français à aller dans l’espace (1985) porte toutefois un regard critique sur «le manque d’ambition» de la conquête spatiale actuelle.

Que représente Philae dans l’histoire de la conquête de l’espace?

Sans comparer cet événement avec les programmes Apollo, c’est une date importante. Poser une sonde sur une comète n’a jamais été fait auparavant. Une telle comète, à l’abri du rayonnement solaire n’a pas de modification profonde de sa structure. Les chercheurs pourront avoir accès à des molécules dans leur état originel qui pourraient nous renseigner sur l’apparition de la vie. C’est un projet de très longue haleine, qui s’étend sur plus de vingt ans. Cela force l’admiration.

Pourquoi sommes-nous si fascinés par la conquête spatiale?

Nous voyageons tous à bord d’un vaisseau spatial, la Terre. L’espace représente quelque chose qui nous environne et qu’on ne comprend pas. Notre curiosité fait que nos rêves nous emmènent vers cet espace insolite, inconnu, mystérieux. Avec l’espace, notre curiosité ne sera jamais totalement satisfaite. Plus loin on ira, et plus nous trouverons de nouveaux mystères. En cette période où peu de chose nous fait encore rêver, l’espace a ce privilège d’être quasiment vierge et excite notre curiosité.

D’un autre côté, certaines voix s’élèvent contre une telle dépense d’argent…

On parle de budgets immenses, mais c’est faux. Le budget de Rosetta est de plus d’un milliard d’euros. Un budget étalé sur 20 ans et pris en charge par de nombreux pays. Au final, Rosetta coûte moins d’un centime d’euros par habitant. Le coût de l’espace est un mythe.

Comment jugez-vous les programmes spatiaux actuels?

L’activité la plus noble est d’envoyer l’Homme dans l’espace. Ça représente un certain surcoût par rapport à un robot. Mais c’est un gain énorme sur ce que peut nous apprendre une machine. Curiosity est un programme merveilleux. Mais au bout d’un ou deux ans sur Mars, il n’a parcouru que quelques centaines de mètres. En 2014, nous devrions avoir posé le pied sur Mars. Cela nous donnerait des connaissances sur l’origine de la vie, des autres planètes, de l’Univers, et nous apporterait des avancées technologiques qui entraîneraient des retombées économiques.

C’est un problème d’argent?

Non, c’est l’utilisation de l’argent qui est discutable. On a dépensé 190 milliards d’eurospour le programme de la Station spatiale Internationale. Une somme énorme et injustifiée pour simplement contourner la Terre, voir des astronautes faire des pirouettes et des œufs sur le plat… Je m’insurge qu’on n’utilise pas ces efforts financiers et le génie de ces gens pour des programmes qui en valent la peine, découvrir d’autres planètes, aller sur Mars, ce qui est aujourd’hui plus réalisable que poser le pied sur la Lune dans les années 1960. La conquête spatiale actuelle manque d’ambition et d’imagination.

Quelles sont les prochaines étapes?

Aller sur Mars et s’installer sur la Lune pour observer l’univers depuis la face cachée, protégés de tous les parasites qui viennent de la Terre et perturbent nos recherches. Les Chinois ont une stratégie spatiale ambitieuse: aller sur la Lune pour en exploiter les ressources. Cette ambition entraînera les Américains, peut-être d’ici une vingtaine d’années. Nous, Européens, ne ferons que suivre, délaissant les meilleurs rôles, et les importantes retombées technologiques.

Un mot sur le film Interstellar: les voyages à travers les trous de verre, sont envisageables?

Ce qui relève de la Science-fiction, et nous paraît impossible aujourd’hui sera peut-être possible demain. Reste à savoir quand? Quelques années ou plusieurs millions d’années, sur Terre ou ailleurs…

 

Voir l’article sur 20minutes.fr
20min