Patrick Baudry

Le site officiel de Patrick Baudry

» Vivre un vol spatial

Vivre un vol spatial

posted by on octobre 11th, 2009

Vivre un vol spatial et voir sa planète Terre de l’extérieur

Aller dans l’espace est avant tout un rêve magnifique. Une pulsion irrésistible qui dirige une vie jusqu’à ce que l’on prenne place à bord d’un vaisseau spatial. En moins de 9 minutes, l’homme est propulsé hors de son monde, de sa planète natale, pour atteindre un environnement autre, inconnu, dangereux, étonnant, envoûtant. Neuf minuscules minutes de rêve, magiques, intenses, inoubliables…

Mais comment vit-on l’attente ?

Que ressent-on au moment du décollage ?

Aller dans l’Espace, c’est trouver une réalité plus belle encore que celle de toutes nos attentes. Le spectacle en orbite est extraordinairement beau et majestueux. La Terre resplendit d’une puissance émotionnelle intense. Perdue au milieu d’un univers d’un noir absolu, sa beauté est à la fois magnifique et fragile. C’est un enchantement perpétuel que de la contempler.

Que voit-on dans l’espace ?

À quoi pense-t-on ?

Que se passe-t-il à l’intérieur d’une navette ?

C’est à travers 6 thèmes – l’énergie, la solitude, le risque, le temps, les sens et la lumière – que Patrick Baudry, célèbre spationaute français, nous livre ici ses réflexions et impressions dues, en partie, à cette vision si particulière et privilégiée de la Terre vue de l’extérieur. Tant de beauté, de nuances, de paysages somptueux qui ravissent les yeux et l’esprit et marquent toute une vie !

Car, Nous sommes tous passagers du même vaisseau : Chaque homme, chaque femme qui a contemplé depuis l’espace l’auréole délicate d’un atoll ou les flammes fulgurantes des éclairs d’un orage n’a pu se retenir de penser : “C’est chez moi, ici, c’est ma maison ”. Et là, au diable les frontières, les régimes politiques, les petitesses humaines : la Terre est une, n’ayant pour limite que la délicate rotondité de sa surface, riche de montagnes et de profondeurs abyssales, portant ses millions d’espèces vivantes comme un vaisseau spatial… ou une arche de Noë. Konstantin Tsiolkovski, le grand précurseur de l’astronautique russe, écrivait à la fin du XIXe siècle (déjà !) : “La Terre est le berceau de l’humanité, mais on ne passe pas toute sa vie dans son berceau”.

Plus vite, plus haut, plus loin : l’homme a hâte d’explorer la troisième dimension, celle qui l’a déjà mené sur la Lune et qui, un jour prochain, le poussera à poser le pied sur le sol de Mars, la planète rouge. A 80 millions de kilomètres, cet astre qui porte ardemment le nom du dieu de la guerre, est un monde sinistré. Les images transmises par les dernières sondes martiennes montrent une planète pourvue d’une atmosphère très ténue, à la surface ravagée par les météorites et qui a connu, il y a des millions d’années, une activité géologique assez puissante pour produire un volcan de 12 km de haut !

Vous avez rêvé un peu en lisant ses lignes, à vous de continuer le rêve et de la partager avec les vôtres et avec Patrick Baudry : en sons et en images !

Voir sa planète de l’extérieur l’a également convaincu, qu’à l’heure où tant de gens s’entretuent encore, toute forme de conflit est nocive.